Pierre BOURDAUD

Rédaction PFC: Bonjour Pierre, merci d’avoir rejoint l’association et de répondre à cette petite interview.

Je vous en prie.

Rédaction PFC: Peux-tu te présenter en quelques lignes?

Je m’appelle Pierre Bourdaud, j’ai 39 ans et je suis originaire de la région Nantaise. Ancien étudiant en Chinois et multiple champion de France d’arts martiaux Vietnamiens (Viet-vo-dao) entre 2000 et 2003, on peut dire que j’étais prédestiné à vivre ma vie en Asie. Je vis donc à Pékin depuis près de 16 ans.

Rédaction PFC: Où en es-tu actuellement de ta carrière et qu’entrevois-tu dans le futur?

Je travaille dans le milieu du cinéma et de l’audiovisuel depuis 2005, et j’avoue que j’ai touché un peu à tout. Depuis que je suis ici, j’ai eu la chance de prendre part à une quarantaine de films et une cinquantaine de séries télévisées, quelques pièces de théâtre mais aussi beaucoup d’émissions de télé et une poignée de publicités. J’ai travaillé sur la plupart de ces projets en tant qu’acteur, mais j’ai aussi parfois endossé le rôle de cascadeur, doubleur, producteur, assistant de production, ou encore récemment de réalisateur. C’est une vie très riche en expériences et en rencontres que j’ai l’immense privilège de vivre ici, et je ne la changerais pour rien au monde.

Acteur français

Rédaction PFC: Quel est ton meilleur souvenir de tournage?

J’ai évidemment beaucoup de bons souvenirs de tous ces tournages, mais si je devais en choisir un, je dirais que le jour où Jackie Chan m’a reconnu et appelé par mon prénom alors qu’il ne m’avait pas vu depuis deux ans, fut assez inoubliable.

Après avoir collaboré avec son équipe lors du tournage de “Chinese Zodiac” (en tant que cascadeur), j’avais gardé contact avec bon nombre des membres de “Cheng Jia Ban” (équipe d’action de Jackie Chan). Je tournais alors une série dans les studios de Hengdian, et non loin de là, le tournage de “Dragon Blade” (où Jackie était l’acteur principal) commençait. J’avais donc décidé d’aller faire un petit coucou à l’équipe sur le plateau et alors que je discutais avec l’un de ses cascadeurs, Jackie lui demanda de s’approcher et il commença à me montrer du doigt. N’étant pas membre de la production, j’étais persuadé que ce qu’il lui disait en me pointant de l’index était de l’ordre du: “Il n’a rien à faire ici ce mec, vire-le du plateau!”. C’est alors que Jackie me demanda de venir près de lui. Il me regarda longuement et dit: “J’ai l’impression qu’on se connaît!”. Très heureux de ne pas être renvoyé sur-le-champ, je lui expliquai alors que nous avions travaillé ensemble sur Chinese Zodiac, sur quoi il s’exclama avec un grand sourire: “Xiaolong!” (mon prénom chinois). J’avoue que la surprise était tout aussi grande que la joie d’être reconnu par quelqu’un de son envergure. Le destin voulut que dans les semaines qui suivirent, je sois invité à rejoindre l’équipe de ce même film et ce tournage, bien qu’extrêmement difficile physiquement, devint lui aussi un souvenir inoubliable.

Avec Jackie Chan, photo prise à Pékin

Rédaction PFC: Qu’est-ce qui t’a décidé à rejoindre l’association?

La première fois que j’ai entendu parler des P.F.C., c’était par le biais de Kris que j’ai rencontré sur le plateau d’une web series que nous avons tourné dans la province du Yunnan il y a quelques mois. J’avoue que dans ce métier, malgré les innombrables rencontres, on reste assez “seul” la plupart du temps. Le fait d’être souvent l’unique étranger sur le plateau créé des frontières entre nous et le reste de l’équipe, et il est parfois difficile de se sentir complètement intégré. Le nombre d’années passées ici ou le niveau de Chinois n’y font rien; quand on n’est pas Chinois, on reste un “laowai” (Ndlr: le terme 老外 – Laowai signifie “étranger” en Chinois sans connotation péjorative). Du coup quand on peut se retrouver avec des compatriotes, c’est un immense plaisir et si l’on peut faire quelque chose pour être plus soudés, rester en contact, échanger nos expériences mais aussi créer un lien avec le monde du cinéma en dehors de la Chine, je suis prenant! L’association était un excellent moyen de faire tout cela en même temps. J’ai donc dit oui tout de suite!

Pierre Bourdaud et Olga Kurylenko

Rédaction PFC: Souhaites-tu ajouter quelque chose?

La vie que je vis ici dans le milieu du cinéma est absolument incroyable. Bien sûr, rien n’est parfait et beaucoup de choses pourraient être améliorées dans ce métier, mais on peut dire que la Chine nous permet vraiment de réaliser nos rêves. En France, quand je disais aux gens que je voulais être acteur, tout le monde semblait prendre un malin plaisir à dire que c’était impossible. Ici, on peut vivre de ce qu’on aime et l’on peut grandir et tenter toutes sortes de nouvelles expériences. Pour ma part par exemple, je commence à me lancer dans la réalisation (sans évidemment laisser tomber le métier d’acteur). J’ai récemment été invité à réaliser un court-métrage pour le festival du film de 48 heures de Weihai (dont le principe est d’écrire, de réaliser et de monter un film en 48 heures chrono), et notre projet a obtenu le prix du meilleur film de cette année. Je pense donc me tourner de plus en plus vers la réalisation à l’avenir, et j’apprécie beaucoup le fait que la Chine me permette de tenter ma chance dans ce domaine. Quand je me remémore ma vie à Nantes alors que je n’étais qu’un adolescent dont les rêves avaient été brisés, je me plais à m’imaginer que l’acteur que je suis aujourd’hui puisse voyager dans le temps et lui taper sur l’épaule en disant:

“Un jour tu feras ce métier, tu en vivras même! Tu travailleras avec Jackie Chan, Stephen Chow, Nicolas Cage, Mike Tyson, Adrien Brody, John Savage…”

Pierre Bourdaud et Mike Tyson

Tu réaliseras tes rêves et la seule question que tu te poseras sera: J’ai déjà tout ce que je peux désirer… Qu’est-ce que je peux bien vouloir d’autre?”

Rédaction PFC: Merci d’avoir répondu à cette interview et bienvenue chez les “Professionnels Francophones du Cinéma”.

Retrouvez Pierre BOURDAUD sur:
IMDB https://www.imdb.com/name/nm3968703/

Interview réalisée par la rédaction par écrit en octobre 2019.


Comments ( 2 )

  1. Interview Shaune DIOP - présentation
    […] militaires de la base. Depuis lors, les rôles de militaires s’enchaînent et comme mon ami Pierre Bourdaud j’ai pu tourner avec Jackie […]
  2. L’Effet Papillon - 蝴蝶“笑”应 (Hu Die “Xiao” Ying) court métrage
    […] des Professionnels Francophones du Cinéma met à l’honneur l’un de ses membres, Pierre Bourdaud, récompensé avec son équipe par le prix du meilleur film au festival du microfilm de Weihai […]

*

code